, ,

Jean Vendôme, Artiste Joailler

L’École des Arts Joailliers met en lumière l’univers de ce créateur aventureux, qui en véritable artiste s’est appliqué à créer son monde. Réfractaire aux modes, il a créé un style précurseur, très personnel, celui d’un bijou de caractère. Simple et sophistiqué à la fois, puissant et délié, baroque et design, construit et déconstruit.

De son vrai nom Ohan Tuhdarian, Jean Vendôme crée sa première collection de bijoux en 1950. Il ne cesse alors d’œuvrer jusqu’à son dernier souffle en 2017. Son talent protéiforme convoque tout autant l’élan baroque et surréaliste que le graphisme contemporain conférant à ses bijoux une apparence épurée et très dessinée.

De ces soixante-sept années de travail intense naîtront des œuvres marquées par l’art de sublimer les pierres fines en les mariant à des matières précieuses, le tout avec une technique joaillière très aboutie, fidèle en cela à la règle qu’il s’était lui-même fixée : « servir les pierres sans les trahir ».

Pionnier du bijou moderne, son approche particulièrement créative le place entre le bijou d’artiste et la haute joaillerie. Sa démarche rompt avec la tradition de privilégier la qualité des pierres. Son choix se tourne toujours vers des pierres fantômes, habitées par des inclusions mystérieuses comme le quartz rutile ou le lapis lazuli, qui apportent au bijou un supplément d’âme. Pour lui, la valeur de la pierre importe peu. Qu’elle soit diamant, géode, fossile ou caillou, rien ne compte plus pour cet artiste-esthète que la beauté, étrange de préférence, car comme le disait Baudelaire « Le beau est toujours bizarre ».

Jean Vendome fut un pionnier du bijou moderne. Œuvre d’art à part entière, petite sculpture à porter, il lui attribue une valeur expressive intense. L’exposition montre ainsi sa démarche avant-gardiste de changement d’échelle et d’usage, pour adapter la joaillerie à la femme moderne et libérée des années 70. Foisonnante, la création de Jean Vendôme résonne comme un écho poétique et signifiant aux grands mouvements artistiques de la seconde moitié du XXe siècle. Du cinétisme pop au rêve spatial de la mission Apollo13, ses parures se muent en Constellations, Aurore Boréale ou Espace dans les années 70. Les Tours, les gratte-ciel, les volumes géométriques de ses bagues trahissent sa passion de l’architecture urbaine et de la course à la verticalité. Les années 80 sont celles de « promenades irréelles » , où  il joue sur l’analogie mimétique des agates, de fragments d’éternité, bijoux en or mat et brillant avec quartz fantôme et quartz à empreinte. Les années 90 sont marquées par l’emploi de minéraux aux couleurs de plus en plus fortes, ce que Jean Vendome appelle ses « couleurs vagabondes » ou « couleurs en liberté ». C’est le temps de l’évasion et du rêve.

du 8 octobre au 18 décembre 2020

École des Arts Joailliers

31 rue Danielle Casanova 75001 Paris

01 70 70 38 40


Entrée gratuite sur réservation du mardi au samedi, de 13h à 19h