JACQUES GRANGE

 

Jacques Grange, 73 ans, est sans doute l’un des décorateurs français les plus connus à travers le monde. Il a décoré, aménagé, les résidences de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, notamment l’appartement de la rue de Babylone, celles de la Princesse Caroline de Hanovre, de Paloma Picasso ou le Palazzo Margherita de Francis Ford Coppola et sa fille Sofia. Des inspirations diverses, multiples, toujours très raffinées dont il dit souvent que la décoratrice Madeleine Castaing a été l’inspiratrice. Un goût très français, qui glisse doucement du classique au contemporain.

 

 

Depuis les années 1980, il vit dans l’ancien appartement de Colette, sur les jardins du Palais-Royal. La méridienne en lin beige capitonnée de l’écrivaine est là pour le rappeler. Ici, celui qui a fait ses premiers pas dans le métier avec l’antiquaire et décorateur Henri Samuel, a créé un décor qui mélange les époques, les styles et les pays pour le mobilier comme pour les oeuvres d’art : Alexandre Noll côtoie Max Ernst, Damien Hirst Jean-Michel Franck, Gerrit Thomas Rietveld Victor Brauner, Niki de Saint-Phalle Pablo Picasso, Daniel Buren ou François-Xavier Lalanne.

 

 

Mais Jacques Grange a aussi, depuis les années 60, constitué l’une des plus belles collections françaises d’art et de design, dont il a décidé de se séparer, pour partie, le 21 novembre dernier chez Sotheby’s : « Collectionneur cosmopolite et insatiable, Jacques Grange a composé sa collection comme un carnet de voyage où chaque meuble, objet, photographie, peinture ou sculpture, pétri de références culturelles, témoigne d’un souvenir, d’une découverte ou d’une rencontre, raconte la célèbre Maison de Vente, mêlant avec érudition, légèreté et sensibilité, art moderne et contemporain, design du XXe siècle, photographie, antiquité, dessins du XIXe et oeuvres symbolistes ». Le décorateur n’avait pas vraiment le désir de se séparer de ces oeuvres mais il trouvait qu’elles avaient envahi son appartement.

 

 

 

 

Une vente extraordinaire précédée d’un dîner concocté par Françoise Dumas, son amie de toujours, où se sont retrouvés nombre de ses amis, de Caroline De Monaco à Terry de Gunzburg, Olivier Gabet, Pierre Passebon ou Isabelle Adjani. Chacun des convives est reparti avec un sac bleu Sotheby’s à son nom, contenant quelques surprises, mais aussi un cadeau de Jacques, un livre qui l’a inspiré dans sa vie de décorateur.

 

 

 

« C’est la première fois et la dernière que je vends mes trésors (…) Je fais un peu le vide, pour acheter de nouveaux objets. Je fais ma crise d’adolescence ! », a confié Jacques Grange dans Le Monde, mais de ses amis, ce grand sentimental, a gardé tous les cadeaux.