MUSEE DE L’ORANGERIE

 

Offerts par le peintre Claude Monet à la France le lendemain même de l’armistice du 11 novembre 1918 comme symbole de la paix, les Nymphéas sont installés selon ses plans au musée en 1927, quelques mois après sa mort. Cet ensemble unique, véritable « Sixtine de l’impressionnisme », selon l’expression d’André Masson en 1952, offre un témoignage de l’œuvre du dernier Monet conçu comme un véritable environnement et vient couronner le cycle des Nymphéas débuté près d’une trentaine d’années auparavant.

 

 

 

 

Le Musée présente aussi la collection Jean Walter et Paul Guillaume qui rassemble 146 œuvres, des années 1860 aux années 1930. Jeune marchand d’art passionné, Paul Guillaume rassembla, de 1914 à sa mort en 1934, une collection extraordinaire de plusieurs centaines de peintures, de l’impressionnisme à l’art moderne, alliée à des pièces d’art africain. Devenu riche et célèbre de l’Europe jusqu’aux États-Unis, il mourut en pleine gloire, en songeant à fonder un musée. Sa veuve Domenica, remariée à l’architecte Jean Walter, transforma et réduisit la collection, tout en faisant de nouvelles acquisitions. Elle souhaita lui donner le nom de ses époux successifs lorsque l’Etat français s’en porta acquéreur à la fin des années 1950. La collection fut dès lors destinée à être présentée au musée de l’Orangerie avec des oeuvres de Renoir, Cézanne, Gauguin, Monet, Sisley, Picasso, Matisse, Modigliani, Marie Laurencin, Derain, Utrillo ou Van Dongen.

 

 

Le bâtiment est aussi entouré de magnifiques sculptures modernes ou contemporaines : Alain Kirili, Auguste Rodin, Henry Moore ou Antoine-Louis Barye

 

 

 

Jardin Tuileries, 75001 Paris

01 44 50 43 00

A voir aussi ...