, ,

ERIC ANTOINE

Éric Antoine, Analyse © Éric Antoine

 

 

Éric Antoine a rencontré le collodion et l’ambrotype, en remontant aux temps héroïques de la photographie. Il travaille sur ces traces en s’appropriant le temps, celui de la pose, du laboratoire, ceux de la contemplation et de la méditation. Avec un goût pour la simplicité, il capte des parcelles de nature.

Le corps est au centre de ses sujets. Corps fragmenté, figé, sacré, déplacé, il est traité comme symbole. Chaque image raconte une histoire d’où s’échappe un sentiment d’étrangeté.

 

 

Éric Antoine, Erika et Gilbert © Éric Antoine

 

 

Il traite, à la manière d’un peintre, le rendu des matières, d’autant plus évident qu’il joue de leurs contrastes. On pense picturalité. Il ne cache pas son intérêt pour l’œuvre de Steichen, comme il avoue son attrait pour l’expression radicale de la nouvelle objectivité et une passion particulière pour Renger-Patzsch : « C’est absurde d’aimer les deux mais mon cœur balance et je me remets en question à chaque fois que je dois ou non accepter les défauts d’une image ».

 

 

Éric Antoine, La sélection © Éric Antoine

 

 

Éric Antoine choisit un outil ancien pour s’imposer en plasticien dans l’art contemporain. La Galerie Berthet Aittouarès montre pour la première fois son travail en présentant 25 clichés.

 

 

GALERIE BERTHET-AITTOUARES

14 rue de Seine 75006 Paris