,

Aristide Maillol

La Quête de l’Harmonie

On le voit partout dans l’espace public. Au point qu’il en est presque devenu invisible. Aristide Maillol est resté silencieux dans les musées depuis 60 ans, jusqu’à ce que le Musée d’Orsay décide d’orchestrer une grande rétrospective autour de cette icône de la sculpture moderne. Car si l’on connait son génie sculptural, beaucoup ont oublié que Maillol était peintre avant de s’essayer à la sculpture à l’âge de 35 ans. Un artiste surdoué qui se tournera vers la tapisserie, la céramique, la broderie… Jusqu’à ce qu’il rencontre la sculpture. Cet art en volume qui donne vie à ses dessins virtuoses. Maillol passe avec aisance de l’esquisse au monumental, comme avec cet impressionnant Monument à Cézanne ou ces deux versions de Méditerranée que 18 années séparent, pour la première fois réunies.

Une œuvre perçue à l’époque dès 1905 comme le manifeste d’un renouveau de la sculpture face à l’expressionisme de Rodin, des formes épurées et synthétiques inventant un nouveau classicisme, des réminiscences antiques teintées d’un érotisme charnel non dissimulé, une géométrie simplifiée qui encapsule la grâce et la sensualité de grands nus féminins.

L’artiste ne concède rien, obsédé par sa recherche de la perfection formelle. Peintures, sculptures, dessins, gravures… Au total, ce sont plus de 200 œuvres d’art, mises en regard avec les créations de ses plus proches amis (Pierre Bonnard, Auguste Renoir ou Maurice Denis), qui permettent de rendre hommage à cet artiste en quête éternelle d’harmonie.

« Si le mot génie, aujourd’hui, a encore un sens, c’est bien ici… Oui, Maillol a le génie de la sculpture. »
Auguste Rodin

du 24 avril au 12 août 2022

MUSEE d’ORSAY

Esplanade Valéry Giscard d’Estaing 75007 Paris