,

MODERNITE du DESIGN BRESILIEN de 1950 à 1980

Jose Zanine Caldas (1919-2001), siège de conversation «Namoradeira» en pequi massif, conçu par le designer pour sa propriété à Joatinga près de Rio de Janeiro, vers 1965. Signé «Zanine» deux fois à la base et de chaque côté du fauteuil. © Agence Phar – J. Beylard et V. Luc

 

 

 

Jusqu’ici, la  galerie Chastel-Maréchal  se  consacrait  principalement  aux  grands  noms  du  design  français  des  années  1930  à  1970  comme Line  Vautrin,  Jean  Royère,  Serge  Roche,  Georges Jouve  ou  encore  André  Arbus.  Aujourd’hui, sa fondatrice Aline Chastel présente  pour  la  première  fois  les  grands noms du design moderne brésilien.

Sept grands architectes et designers brésiliens de la seconde moitié du 20 siècle : Jose Zanine Caldas, Joaquim Tenreiro, le duo Carlo Hauner et Martin Eisler, Jorge Zalszupin, Sergio Rodrigues et Giuseppe Scapinelli. Inspirés par le vent de modernité apporté par Oscar  Niemeyer,  des  designers  tels  Joaquim  Tenreiro et Sergio Rodrigues se sont éloignés des meubles de style indo-portugais pour créer des  meubles  aux  lignes  fluides  et  élégantes, adaptées  aux  intérieurs  modernes,  sans  pour  autant  renier  leur  identité  brésilienne  et  leurs  influences étrangères, bien au contraire. Les  architectes  et  designers  brésiliens  ont  très  tôt  mis  en  œuvre  leur  idée  de  la  modernité,  novatrice   et   audacieuse,   résultant   d’idéaux  sociaux forts. La singularité esthétique et technique  de  leur  travail  repose  notamment  sur  les  bois  qu’ils  utilisent,  le  jacaranda,  le  pequi,  le peroba, l’imbuia, le juerana et le vinhatico : denses, résistants et néanmoins légers.

 

 

Joaquim Tenreiro (1906-1992), Chaise longue en jacaranda et cannage, vers 1947
©Agence Phar – J. Beylard et V. Luc

 

 

 

Joaquim Tenreiro (1906-1992) est l’un des précurseurs  du  design  brésilien  moderne  dès  la  fin des années 1940. Ses créations aux lignes simples  sont  caractéristiques  de  ce  nouveau  style.   Sa   connaissance   du   bois   lui   permet   de  réaliser  des  pièces  d’une  grande  qualité  d’exécution dans des essences soigneusement choisies, tout en gardant une authenticité brésilienne. Son style pur et élégant rend ses réalisations intemporelles.

 

 

Joaquim Tenreiro (1906-1992), Douze Chaises «Estrutural», vers 1947. Structure de bois de jacaranda, assise cannée.
Provenance : São Paulo © Agence Phar – J. Beylard et V. Luc

 

 

 

Créateur prolifique, Sergio  Rodrigues  (1927-2014) ouvre sa propre galerie, Oca, à Rio de Janeiro en 1955 après une formation d’architecte. À  la  demande  d’Oscar  Niemeyer,  il  réalise  le  mobilier du Palácio do Planalto, le palais présidentiel de Brasilia, capitale du Brésil inaugurée en 1960. Sa signature unique est celle d’un mobilier  vernaculaire  et  généreux  incarnant  cette  dentité brésilienne qui lui tient tant à cœur.

Quant  à  Jose  Zanine  Caldas (1919-2001),  la redécouverte  de  ses  meubles-sculptures  aux  formes  massives  et  brutes,  réalisés  pour  chacune de ses maisons en bois, confirme le talent de cet artiste hors norme, à la fois paysagiste, architecte,  designer  et  sculpteur.  Ardent  admirateur  et  défenseur  de  la  forêt  et  du  bois  tropical  il  respecte  ce  matériau  et  le  recycle  dans une démarche écologique dès les années 1960. Avec une sélection de ses pièces les plus emblématiques, l’exposition lui rend un vibrant hommage pour la première fois à Paris.

 

Carlo Hauner (1927-1997) et Martin Eisler (1913-1977), Important fauteuil « Reversivel » en métal tubulaire et tissu d’origine, 1953.
Provenance : collection privée (Brésil) © Agence Phar – J. Beylard et V. Luc

 

 

 

Installé  à  São  Paulo  après  ses  études  à  l’académie  des  beaux-arts  de  Brera  (Milan),  Carlo Hauner (1927-1997)  débute  une  carrière  de  designer  avec  son  frère  en  rachetant  l’usine  de Lina Bo Bardi et Pietro Bardi. La compagnie Moveis Artesanal voit le jour en 1951 et produit des pièces sur-mesure commandées par des architectes  comme  Gregori  Warchavchik  et  Lina  Bo Bardi elle-même. Carlo Hauner fait ensuite la rencontre du designer d’origine autrichienne Martin Eisler (1913-1977) et cofonde avec lui la galerie Artesanal en 1953, qui devient la société Forma et produit des meubles au formalisme organique et épuré.

Designer  visionnaire,  l’italien  Giuseppe Scapinelli (1911-1982)  œuvre  comme  architecte   pour   l’homme   d’affaire   italo-brésilien  Francesco Matarazzo, à l’origine du musée d’art et de la biennale de São Paulo, avant de vendre ses propres créations dans sa galerie, Margutta, et  d’écrire  pour  le  magazine  Casa  e  Jardim.  À  l’instar  de  Carlo  Mollino  ou  d’Isamu  Noguchi,  son  vocabulaire  créatif  est  à  la  fois  utilitaire,  spontané et sculptural.

 

 

Giuseppe Scapinelli (1911-1982), table basse «Agua» en bois noirci, vers 1950 Piétement sculptural et asymétrique supportant un cadre de forme libre dans lequel s’insert un plateau en verre. Cette élégante table fait partie d’un ensemble de pièces réalisées dans les années 1950 dans un style organique et fluide, inspiré du mobilier d’Isamu Noguchi. © Agence Phar – J. Beylard et V. Luc

 

 

 

Architecte d’origine polonaise, Jorge Zalszupin (1922-) s’établit au Brésil en 1949. Face à un réel besoin  de  modernité  et  de  diversification  du mobilier  réalisé  dans  des  matériaux  de  qualité,  il lance en 1959 sa propre fabrique de mobilier. L’Atelier  propose  des  meubles  modernes  qui  associent les bois précieux au métal, au cuir, au marbre et au béton, dans une volonté de rationalisation de l’usage du bois.

 

 

du 6 septembre au 31 octobre 2018

 

GALERIE CHASTEL-MARECHAL

5, rue Bonaparte 75006 Paris

01 40 46 82 61