, ,

Emmanuel Pierre

Mascarades

Collages

On a pu admirer le travail d’Emmanuel Pierre dans les pages des journaux, Le Magazine Littéraire, Libération, The New Yorker, The World of Interiors, ou Le Monde d’Hermès au travers de ses dessins, mais aussi dans ses livres dessinés et ses décors (les vitrines de Noël des Galeries Lafayette pour Christian Lacroix, l’exposition Dans L’Œil du Flâneur pour Hermès, la façade de l’Hôtel du Louvre…). La galerie Martine Gossieaux présente les collages originaux d’Emmanuel Pierre des livres Abécédérotique de François Motte (2020, Éditions La Pionnière) et Venise Mascarade
d’Emmanuel Pierre (2018, Éditions RMN) ainsi que d’autres collages.

“J’ai beaucoup tâtonné, mêlant tout d’abord des fragments de journaux et de dictionnaires anciens que je recouvrais de dessin à l’encre et de tempera. Puis, donnant plus d’indépendance à des bouts d’affiches arrachées (avec parcimonie, car je suis un petit-bourgeois peureux) et des gravures de livres ou journaux du XIXe siècle, j’ai raconté mes histoires de façon que je trouvais plus intéressante et personnelle. Mais cela fait plus de quinze ans que j’ai séparé les deux techniques : collage pur et dessin à l’encre, totalement autonomes. Chacune trouve plus de force et je m’aventure dans les couleurs avec un plaisir extrême.

Je travaille à partir de gravures, lithographies, chromos, planches diverses, livres cassés, drouille selon le terme des brocanteurs, que je me procure dans les brocantes, salons de vieux-papiers et chez les marchands d’estampes. Je
travaille avec des ciseaux, de la colle de relieur et une mémoire d’éléphant pour retrouver telle tête d’oiseau ou cette main droite qui tiendra telle chose qui finira par ressembler à une tasse de thé. J’aime aussi beaucoup mélanger les matières : le mat jaune pâle d’une eau-forte du XVIe siècle à un arrogant et triomphal vernis rouge d’une carte publicitaire de 1880.


Les images du Racine et et du Larousse demeurent la base de mon matériel, plus ou moins rangées dans des enveloppes et pochettes envahissantes. L’autre intérêt de ces techniques d’avant l’Offset, c’est qu’on peut les agrandir sans perdre la finesse du trait. Souvenez-vous des bâches de l’Hôtel du Louvre. Inutile de dire que Photoshop ne me sert qu’à numériser les images terminées.» Emmanuel Pierre

du 20 mai au 30 septembre 2021

GALERIE MARTINE GOSSIEAUX

52 rue de l’Université 75007 Paris