,

KIM YONG-IK

untitled utopias

Crédit photographique : Thomas Lannes

 

Si Kim Yong-Ik est essentiellement connu comme peintre (il fut l’élève de Park Seo-Bo), l’artiste a cette fois choisi, pour Cahiers d’Art, d’explorer l’univers de l’estampe. Renouvelant sans cesse sa pratique artistique, Kim Yong-Ik inscrit sa démarche dans l’ère de la collecte, de la déconstruction et de la compilation. Il s’attache désormais moins à créer de nouvelles œuvres qu’à se réapproprier d’anciens travaux en les réinterprétant à la faveur de nouvelles interventions.

 

 

Crédit photographique : Thomas Lannes

 

Crédit photographique : Thomas Lannes

 

 

Trois séries de lithographies, réalisées à Paris en février 2018, sont présentées pour la première fois.

La première série, Untitled 18.1 – 18.6, s’inspire des fameux pois récurrents dans l’œuvre de l’artiste. De par le procédé lithographique, ces travaux donnent le sentiment d’une production mécanisée. Ils font écho aux œuvres sérielles de ses prédécesseurs coréens, tout en faisant disparaître la main de l’artiste.

Utopia 18.1 – 18.6, la deuxième série, rappelle l’intérêt de l’artiste pour l’abstraction géométrique et les interactions entre différents supports. L’artiste y associe collages et formes géométriques dessinées ou colorées, sans toutefois qu’aucune technique ne domine l’autre.

 

Crédit photographique : Thomas Lannes

 

Sur la troisième série de lithographies ainsi que sur un tirage complémentaire de Untitled et de Utopia, l’artiste intervient à la main avec des touches de peinture, poursuivant ses recherches entre travail gestuel et reproduction mécanique.

L’exposition présentera également deux œuvres uniques sur papier, un diptyque et un triptyque, qui viendront dialoguer avec les estampes.

 

du 12 avril au 16 juin 2018

 

CAHIERS D’ART

14-15, rue du Dragon 75006 Paris