,

LE GENIE DES IMAGES

Coco Fronsac

 

 

Imaginé par la galerie LA Joaillerie par Mazlo et l’association ARKETIP, Le génie des images rassemble les oeuvres de 16 artistes du bijou contemporain et l’univers protéiforme de l’artiste Coco Fronsac. Tous pratiquent l’art de l’assemblage pour soutenir une démarche qui se veut essentiellement figurative et narrative. À cet égard, ils placent au centre de leurs expérimentations l’utilisation de photographies ou d’éléments empruntés à l’imagerie ancienne.

Le titre choisi pour cet ensemble fait allusion à La Chambre Claire, dernier ouvrage de Roland Barthes paru en 1979 et consacré à la photographie. L’auteur tente de comprendre si la photographie a « un génie propre », et ce qui « la distingue de la communauté des images ».

 

Jana Machatova

 

Pour autant, cette exposition n’entend pas faire de la photographie le support exhaustif des démarches narratives présentées1. Elle choisit au contraire de l’inclure au même titre que d’autres représentations visuelles (dessin, gravure, peinture) dans une réflexion plus large sur le rôle de l’image et de sa ré-appropriation, à une époque où celle-ci n’a jamais été aussi démocratisée, dupliquée voire vulgarisée. En décidant de faire de l’image, qui plus est figurative, un élément central de leurs récits (à porter ou non), les artistes sélectionnés prouvent que l’image n’a rien perdu de son génie propre, en l’occurrence de sa capacité à raconter des histoires.

 

Claire Lavendhomme

 

 

En mettant à l’honneur ces dignes héritiers du génie collectionneur Joseph Cornell, placés sous l’égide du surréaliste André Breton, cette exposition nous rappelle également que l’artiste, avant d’être un créateur, est un chasseur d’images. Voyageur immobile, il est avant tout un passeur dont les oeuvres ont le pouvoir de nous transporter dans des mondes inouïs.

Les matériaux intégrés dans tous ces assemblages sont le fruit d’un lent travail d’accumulation et de sélection. Et leur usage procède d’une poétique singulière qui n’a rien de mécanique. On aurait tort en effet de réduire l’image narrative, à une servile illustration.

Ramon Puig Cuvas

 

 

Comme le rappelle Jack Cunningham1, le bijou narratif est « un objet à porter qui contient un commentaire ou un message que le créateur, au moyen d’une représentation visuelle, a ouvertement l’intention de communiquer à une audience au travers de l’intervention du porteur ». Il n’en demeure pas moins que ce message découle le plus souvent de la charge émotionnelle et symbolique intrinsèque du matériau originel, et ceci même avant d’être re-contextualisé. C’est dans ce matériau et dans son génie expressif propre que s’origine l’inspiration qui donnera vie à l’histoire racontée par l’objet final.

 

 

ARTISTES INVITÉS

Zoe Arnold (Grande-Bretagne), Ramon Puig Cuyas (Espagne), Anne Dinan (États-Unis), Carla Garcia Durlan (Espagne), Robin Kranitzky et Kim Overstreet (ÉtatsUnis), Claire Lavendhomme (Belgique), Jana Machatova (Slovaquie), Peter Machata (Slovaquie), Iris Nieuwenburg (Pays -Bas), Kim Nogueira (États-Unis), Barbara Paganin (Italie), Katherine Richmond (Grande-Bretagne), Chiara Scarpitti (Italie), Bettina Speckner (Allemagne), Fatima Tocornal (Espagne), Silvia Walz (Espagne), Coco Fronsac (France).

 

 

du 11 septembre au 13 octobre 2016

 

LA JOAILLERIE PAR MAZLO

31 rue Guénégaud 75006 Paris

01 53 10 86 04