MARKUS AKESSON

 

Markus Åkesson revient à la Galerie Da-End pour une troisième exposition personnelle intitulée Let me sleep through the night à l’occasion de laquelle il dévoile un ensemble de peintures récentes ainsi qu’une nouvelle sculpture de verre gravé.

 

 

Peintre de l’imaginaire, Åkesson documente minutieusement ses compositions à l’aide de l’outil photographique. Son atelier est le théâtre de séances de pose parfaitement orchestrées, au cours desquelles il pare ses modèles de divers costumes et accessoires aux imprimés chatoyants. Grâce à ces mises en scènes élaborées, il donne à son travail une tonalité esthétique et une lumière cinématographiques, inscrivant ses tableaux dans une narration disruptive, moments figés sous la forme d’énigmes sans solution.

 

 

Dans la veine surréaliste de séries précédentes explorant des thèmes liés au sommeil et l’inconscient, Markus Åkesson nous plonge au cœur de scènes mystérieuses dont l’on ne discerne guère s’il s’agit du réel ou d’une invention de l’esprit. «Pour préparer cette exposition, j’ai puisé mon inspiration dans l’idée d’espaces intérieurs, physiques et mentaux,» explique t-il.

 

 

«Les lieux dans lesquels nous dormons et rêvons. C’est là que nous rangeons les choses que nous voulons protéger, c’est là que nous sommes libres d’explorer la dimension fantasmatique, l’état de rêve. Dans cette quête, je me réfère à William Morris et son livre La Forêt d’Oultre-Monde (The Wood Beyond the Worlds). Ceci, et plus tard la référence à Morris faite par C.S. Lewis dans son roman Le Neveu du Magicien, crée une image enfantine des espaces fantastiques grâce auxquels on voyage d’une réalité à l’autre. Dans cette Forêt mystique, aux nombreux entre-mondes, nous sommes en état de rêve éveillé.»

 

 

GALERIE DA END

17 rue Guénégaud  75006 Paris
01 43 29 48 64