VINCENT DARRE

Comme les chats, il a eu plusieurs vies, glissant de la mode à la déco, faisant de ses maisons le laboratoire de son extravagante créativité. On le dit fantasque et baroque, Vincent Darré est surtout libre et agile. Sans doute son côté James Thierrée, dont il a la mèche, la tonicité et cette allure de dandy.
Célèbre pour ses créations baroques, pleines de fantaisie, qui flirtent avec le surréalisme, l’excentricité anglaise, entre Jean Cocteau et Cecil Beaton, Vincent Darré est un personnage à part dans le monde de la décoration.



Pourquoi avez-vous choisi de vous séparer de cet objet ?


Mon araignée lumineuse est l’ambassadrice de ma nouvelle collection Renaissance, réalisée par les Ateliers Semeur d’étoiles. En verre soufflé mélangé à de la poussière de marbre, elle est l’exemple d’un travail à quatre mains, les miennes pour le dessin et celles de l’artisan pour son savoir faire. Elle est estampillée comme toutes les pièces de la collection Renaissance.


Quel rapport avez-vous aux objets en général ?


J’aime les objets, je chine tout les week-ends aux puces, c’est ma campagne à Prais ! J’y puise mon inspiration et j’accumule chez moi des curiosités auxquelles je n’ai pas pu résisiter.


L’objet dont vous ne pourriez vous séparer ?

C’est une main en bois laqué or rougi qui vient de la conquête du Tonkin qu’a fait mon arrière-grand-père. Je me suis approprié cet objet, chez mes parents, adolescent, et c’est devenu mon porte-bonheur.


Celui que vous aimez offrir ?


J’aime offrir des objets hétéroclites qui dépendent du caractère de mes amis. Je vais le matin aux puces de Vanves et, le nez en l’air comme un chien truffier, je laisse le hasard et mon instinct me diriger vers l’objet qui est fait pour lui.


Celui que vous aimeriez recevoir le 24 au soir ?


Je rêverais qu’on m’offre les couverts de Dali !


All rights reserved