CATHERINE LEVY

Bien avant de créer les Tsé & Tsé Associés avec Sigolène Prébois, Catherine Levy dessinait déjà. Des bijoux notamment. Enfant, elle le faisait avec trois bouts de ficelle et des cailloux glanés ici et là. Mais c’est un voyage en Inde et une grande histoire d’amour qui l’ont décidée à changer de métier et à créer Dorette. D’abord avec ses ravissantes marguerites aux pétales colorés que l’on trouvait aux mains des filles les plus stylées, puis avec avec une collection de colliers, bracelets et bagues s’inspirant à la fois des couleurs indiennes et des formes traditionnelles françaises. Des pierres multicolores, modestes ou plus précieuses, des diamants bruts et du verre, sertis d’or et d’argent. Jamais tout à fait semblables, ni anciens, ni modernes, mais aussi précieux qu’elle.


Pour 24 Catherine Levy a choisi de créer un miroir et des bracelets Dorette.



Pourquoi avez-vous choisi de vous séparer de cet objet ?
Parce que j’en ai toute une collection…

Quel rapport avez-vous aux objets en général ?
Je les adore et la présence de certains de mes trésors est presque aussi importante que celle des humains ou des animaux.

L‘objet dont vous ne pourriez jamais vous séparer ?
Un croissant de lune en ivoire sculpté par ma soeur, des maquettes de maisons indiennes en vitraux de couleur, ma théière ouzbek, mes outils… Il y en a tellement.

Celui que vous aimez offrir ?
Le vase d’Avril de Tsé & Tsé associées à ceux qui ne l’ont pas encore.

Celui que vous aimeriez recevoir le 24 au soir ?
Justement, rien, ou quelque chose de vivant ou d’éphémère : un arbre, mon parfum, des allumettes, un bon pour un massage, des fleurs, un billet d’avion, des oursins …



All rights reserved 2017